Le temps juste du dernier coup de pinceau

Le temps juste du dernier coup de pinceau

Rosemarie Berger, femme du critique d’art René Berger, et mère du collectionner d’art Jacques-Edouard Berger, merci pour ta sensibilité. C’est toi qui m’a appris à reconnaître le temps juste où le peintre peut dire : « Ce tableau est fini, je m’arrête ».

Merci Rosemarie pour ce que tu as dit de ma peinture : « Un portrait de Cristobal n’est ni naïf, ni réaliste, mais surprenant. Il mêle le visible et l’invisible, le dit et le non-dit, le dévoilé et le caché, dans une mosaïque de forme et de couleur qui crée la surprise. On se laisse bercer par son imaginaire qui ouvre de nouvelles portes, jusqu’alors dérobées au regard. »